En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus.

Sapeurs-pompiers : le décret revalorisant la prime de feu est paru

Publié le lundi 27 juillet 2020 , www.lagazettedescommunes.com

Répondant à la principale revendication des syndicats de sapeurs-pompiers, le décret sur la revalorisation de la prime de feu est paru le 25 juillet au Journal officiel. Cette mesure se traduira par un gain de 100 euros par mois pour chaque agent. Reste à savoir comment les départements pourront supporter cette nouvelle charge financière.

visuel Sapeurs-pompiers : le décret revalorisant la prime de feu est paru

Promesse tenue. Deux semaines après avoir rencontré leurs organisations syndicales, le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est félicité de la parution du décret revalorisant la prime de feu des sapeurs-pompiers.

Pour la première fois depuis 30 ans, le texte, paru le 25 juin au Journal officiel, entérine l’augmentation de cette prime de feu : elle représente désormais 25% du salaire de base, contre 19% auparavant. Les syndicats, qui en avaient fait leurs principales revendications depuis le début 2019 dans un contexte de grève au long cours, demandaient une revalorisation à 28% du salaire, à hauteur des primes de risque accordées aux policiers et gendarmes. Le ministre de l’Intérieur leur a finalement accordé une hausse de six points.

Reste à savoir comment cette augmentation sera financée. Pour rappel, les employeurs, communes et départements, qui financent une partie de la prime, ont affirmé depuis le début du conflit comprendre la légitimité de cette demande, mais ne pas avoir les ressources nécessaires pour l’assumer financièrement.

« Sa mise en œuvre effective fera l’objet d’une délibération lors des prochains conseils d’administration des SDIS, a indiqué le président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS), Olivier Richefou. Il reste à assurer son financement ! ». Selon les élus, la mesure représenterait 80 millions d’euros à leur charge.

Une discussion devrait s’ouvrir sur la suppression de la surcotisation prime de feu, qui permettrait aux conseils départementaux de bénéficier de la moitié du coût de cette augmentation de prime de feu, l’autre moitié étant supportée directement pas les finances des départements.